Ces choses que l’on n’admet pas lors de nos mauvais jours…

Certains d’entre vous savent de quoi je vais parler. Ces pensées sombres qui viennent lorsque nous en avons marre d’être malade, marre d’avoir mal, marre d’être fatigué…

Lorsque ces jours surviennent, il y a des choses que l’on n’admet tout simplement pas, et c’est normal ! Notre cerveau s’éteint tout seul, la maladie se met à devenir de plus en plus dur à supporter… Nous aimerions pouvoir sortir de notre corps pour ne plus ressentir tout ça…

Et voici qu’un de nos proches nous sort des trucs…  devenus malsain à cause de cette saloperie de journée. Voici donc un petit tour d’horizon des paroles que l’on ne veut pas entendre lors de ces moments :

Je suis triste

On commence fort. Il peut y avoir des vrais raisons, mais pour beaucoup, il s’agit de mauvaises raisons. J’ai même déjà entendu ça parce qu’une amie avait son vernis à ongles qui s’en allait… ça la rendait triste…

Il faut savoir que nous devons gérer douleurs, fatigue, traitements, mouvements, et même notre image alors qu’il n’est pas possible de tout gérer. On aurait vraiment de quoi se plaindre cent mille fois plus et mille fois plus longtemps.

Il est très difficile d’entendre ça lorsque nous sommes dans nos mauvais jours. Excusez nous, et sachez prendre du recul entre votre situation et la nôtre. Un peu de dialogue et de compréhension nous aide beaucoup, et peut vous aider aussi 🙂

Je suis malade

Oh pauvre chou, ton rhume te garde au lit ? Ton entorse te met 3 semaines en arrêt de travail ? Et bah mon grand, t’as pas fini !

Nous sommes adeptes des doubles sub-luxations, des gencives qui saignent, des contractures musculaires et autres joyeusetés du corps humain, alors ton rhume, tu peux te le mettre là où je pense !

Je suis peut-être trop sévère avec cette phrase, mais dans nos mauvais jours, il est déjà très difficile de nous gérer, alors si en plus il faut en gérer d’autres, ça en devient impossible. Sachez juste relativiser votre mal-être par rapport au nôtre, et tout se passera bien. En plus, on a parfois des techniques de fous pour guérir ce genre de choses alors n’hésitez pas à nous demander 😉

Je suis fatigué

Cette phrase, c’est ma préférée ! Si seulement certaines personnes pouvaient se mettre dans notre corps, ne serait-ce que quelques minutes, elles ne diraient plus ce genre de trucs !

Rien que de se lever de notre lit peut devenir une épreuve digne de Koh Lanta. Alors imaginez une journée entière ! C’est aussi à cause de cette fatigue qu’il nous est impossible de garder une bonne humeur à toute épreuve. Et pour le coup, nous ne DEVONS pas culpabiliser !

Demandez plutôt ce que l’on ressent et pourquoi on le ressent. Ça vous évitera de dire des choses qui nous blessent et surtout, ça permet aussi de relativiser et de trouver de quoi vous motiver. Ça sert surtout à nous sentir mieux puisque l’on partage notre vie, et c’est très bon pour nous.

Arrête de te plaindre

Il est tellement difficile pour nous de faire face à nos douleurs, notre fatigue, nos oublis, nos difficultés. Ça gâche même notre positivité. Alors nous dire ça est un non-sens voire une insulte.

On ne cherche pas à nous plaindre, mais juste à faire ressortir ce que l’on ressent. Pour certains d’entres nous, c’est compliqué d’en parler, alors si en plus on nous arrête, ça va pas le faire…

Pour vous, il suffit juste de nous écouter, sans juger. N’essayez pas de nous donner des conseils et de nous faire taire. Dans ces moments là, ça ne fait qu’aggraver notre situation. Si on se met à être désagréable, faudra pas se plaindre 😉

Tu ne donnes pas de nouvelles, si tu venais à mourir on ne le saurait même pas

C’est une des phrases les plus dures à entendre dans ces moments là. Si on ne donne pas de nouvelles, c’est peut-être justement parce qu’on souhaite être tranquille pour se reposer et prendre soin de nous ?

Sérieux, ce genre de phrase m’énerve au plus haut point. On a déjà du mal à subir ce que l’on vit, et en plus de ça, on devrait être présent pour tout le monde… Et ce qui m’embête le plus dans cette phrase, c’est juste qu’on ne nous demande pas notre avis !!!

Alors avant de nous dire ça, demandez nous comment nous allons, si la santé est stable ou si on a besoin de rien 😉 Ça sera bien plus agréable pour nous et on sera forcément plus agréable avec vous 😉

Tout ça pour dire…

Cet article est surtout à destination des proches de SEDiste qui ne comprennent pas forcément l’impact de leurs paroles. Sachez aussi que nous ne sommes pas tous les jours comme ça (et fort heureusement !). Croyez-nous ! Nous faisons des efforts pour aller le mieux possible et être le plus agréable possible, ne nous détruisez pas le moral avec ce genre de phrases, s’il vous plaît 🙂

Article écrit par :
Florent Kosmala
Florent Kosmala Co-créateur de SED en l'air. Passionné de psychologie, de musique, d'informatique et d'électronique, Florent aime par dessus tout innover et créer pour améliorer les choses.

9 commentaires sur “Ces choses que l’on n’admet pas lors de nos mauvais jours…

  1. il y a ces phrases, bien visées bon début mais il y en a encore tellement d’autres qui font mal ou qui ne méritent même pas de réponse et surtout ne pas devoir se justifier en permanence

  2. Si tu es intéressé, un article sur le top dix des phrases que tu entends en tant que sédiste dans les transports j’ai un florilège à disposition. Ton article est vraiment top

  3. Et tous les matins, la fameuse phrase dite par habitude par tous les collègues : « Bonjour, CA VA ??? »
    Quand je suis dans un « bon » jour, je dis oui mais généralement je ne réponds même plus, je risquerai d’être désagréable !
    Et quand je suis en arrêt maladie, alors là, plus de son ni d’images, personne ne se soucie plus de moi, je ne suis même plus en copie des mails pour le suivi de mon travail !

  4. Personnellement je trouve plus dur d entendre les autres me demander comment ça va que de les entendre me raconter leur malheur, leur fatigue… quant aux phrases qui font mal je propose le «qu est ce que tu as encore» ou le pas si différents « ça s arrange pas ton cas» et le si agréable «j ai l impression que tu as toujours mal quelques part, que tu es toujours fatiguée» … dernièrement j ai particulièrement apprécié le «si tu es si fatiguée fait toi arrêté…»
    Comment faire comprendre que si j arrêtais de travailler dès que je suis épuisée ou que j ai mal, bah je travaillerais jamais….

  5. Je trouve qu’a la question  » ça vas ? » il est plus facile de dire oui que de tout expliquer tout les jours. Faire semblant d’aller bien nous permet d’éviter les questions et les phrase que l’on ne veut pas entendre. Ma pote se plaint son copain n’a pas pût venir la voir ? pauvre petite chouchoute ! tout le monde se retrouve autour d’elle pour lui dire que ça vas aller de ne pas s’inquiéter ! et moi je fait quoi quand je pleure toute seule pendants des heure ? Que ça vas pas et que je leur dit mais qu’il ne veulent pas être avec moi car ça gâche leur positivités ? Ils se foutent si je vais bien ou pas !!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *